Phlébite (généralités)

Définition 

La phlébite est un trouble cardiovasculaire qui correspond à la formation d'un caillot de sang dans une veine.

Ce terme est souvent utilisé pour décrire une thrombose veineuse siégeant au membre inférieur et survenant généralement chez les individus présentant une affection cardiaque, chez les femmes après un accouchement, chez les individus venant d'être opérés, etc...

 

 

Généralités 

Affection étudiée par Breschet en 1818.

On distingue classiquement la phlébite superficielle et la phlébite profonde.

  • la thrombophlébite superficielle se caractérise par la formation d'un thrombus (caillot sanguin) et l'inflammation d'une veine superficielle.
     
  • la thrombose veineuse profonde, appelée également maladie thrombo-embolique veineuse, regroupe des pathologies telles que les thromboses veineuses profondes distales et l'embolie pulmonaire. Il s'agit de la formation d'un thrombus dans les veines du mollet (quelquefois de la cuisse), faisant suite à une diminution du passage du sang veineux, d'une lésion de la paroi d'un vaisseau ou de troubles de la coagulation.

Au sens thrombose du terme, la phlébite comporte ieurs stades :

  • au cours du premier stade, on constate la formation du caillot
     
  • au cours du deuxième stade, le caillot constitué entraîne une inflammation de la paroi veineuse à laquelle il est accroché entraînant du même coup une oblitération de la veine
     
  • ceci aboutit à un arrêt de la circulation veineuse et secondairement à l'accumulation de liquide en périphérie des tissus concernés par la phlébite : l'œdème, qui s'installe en amont de l'obstruction veineuse
     
  • le mécanisme physiopathologique qui aboutit à l'inflammation des tissus de voisinage entraîne également des douleurs d'origine nerveuse (au sens neurologique du terme et non psychologique).

 

 

PHLÉBITE ET GROSSESSE

Une phlébite survenant durant la grossesse (les spécialistes appellent ceci un accident thrombo-embolique gravidique) est quelque chose de sérieux, qu'il faut prendre en compte puisqu'étant une des premières causes de mortalité de la mère.

La phlébite est une inflammation des parois de la veine, et une thrombophlébite est une inflammation des parois de la veine due à la présence d'un thrombus, c'est-à-dire d'un caillot de sang coagulé dans une veine.

La thrombophlébite complique environ 3 à 5 % des grossesses. La complication majeure susceptible de survenir à la suite d'une thrombophlébite de la grossesse est la survenue d'une embolie, c'est-à-dire la présence d'un caillot sanguin à l'intérieur de la circulation des poumons.

Ceci est évitable en partie, tout d'abord grâce au diagnostic précoce, ensuite grâce au traitement efficace de la phlébite. La prévention joue également un rôle important chez les patients qui présentent un risque de survenue de thrombophlébite.

 

 

CAUSES DE LA PHLÉBITE

  • suites d'une intervention chirurgicale (essentiellement du petit bassin ou des membres).
     
  • alitement prolongé
     
  • suites d'un accouchement
     
  • immobilisation des membres (résines, plâtre, etc...)
     
  • compression veineuse trop intense ou trop longue
     
  • voyage en avion (avec impossibilité de remuer les jambes)​
     
  • cathétérisme du cœur par voie veineuse
     
  • cancer
     
  • troubles de la coagulation sanguine
     
  • contraceptifs oraux (contenant des oestrogènes)
     
  • traitement substitutif de la ménopause
     
  • certaines maladies cardiaques (insuffisance cardiaque entre autres)​
     
  • hémopathies (maladies du sang).

 

 

THROMBOPHLÉBITE : FACTEURS DE RISQUE

Il existe des facteurs qui favorisent la survenue de thrombophlébite :

  • En premier lieu les troubles de la coagulation d'une femme durant sa grossesse sont un des facteurs importants. Le souvent il s'agit d'hypercoagulabilité c'est-à-dire d'un excès de la capacité de coagulation du sang, qui est induit par la grossesse. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de doser certains facteurs (substances présentes dans le sang), et en particulier les facteurs de coagulation des premières semaines de la grossesse jusqu'à l'accouchement
     
  • Une baisse de l'activité fibrinolytique (capacité que l'organisme possède pour détruire les caillots sanguins qui se produisent naturellement dans la circulation sanguine) apparaît à partir de la 11ème semaine de grossesse.
     
  • Un autre problème lié à la grossesse et susceptible de favoriser la survenue d'une thrombophlébite est la perte de tonicité des parois des veines, qui gênent la circulation de retour accentuée par le fait que l'utérus est augmenté de volume. Ceci peut correspondre au syndrome de Cockett. Ce syndrome associe l'existence de reliquats embryonnaires à l'intérieur des veines au niveau de la veine iliaque primitive gauche et une compression de celles-ci par l'artère iliaque primitive droite ce qui est favorisé par la grossesse étant donné l'accentuation de la lordose, c'est-à-dire le creusement de la colonne vertébrale lombaire (la partie basse de la colonne vertébrale).
     
  • Les varices, la survenue d'hémorragies, et l'allaitement prolongé durant la grossesse sont des facteurs favorisant la survenue de thrombophlébite.
     
  • Enfin la grande multiparité (femmes ayant eu beaucoup d'enfants), ainsi que la stérilisation tubaire, l'inhibition de l'allaitement ainsi que l'obésité sont également des facteurs susceptibles de favoriser la survenue de thrombophlébite.
     
  • Ce sont les phlébites superficielles qui sont les fréquentes. Les patientes souffrent généralement de varices des membres inférieurs et, quand on les examine, il est possible de voir des cordons veineux superficiels douloureux, c'est-à-dire des veines non relativement droites, mais torturées et qui occasionnent parfois des douleurs et de l'inflammation.

 

SYMPTÔMES DE LA PHLÉBITE

Ils sont différents selon qu'il s'agit d'une phlébite profonde ou superficielle.

Lors d'une phlébite superficielle :

  • durcissement des veines qui siègent sous la peau, celles-ci sont enflammées.
  • la jambe est chaude et augmentée de volume.

Lors une phlébite profonde :

  • Le patient qui présente généralement une sensation de malaise et d'angoisse, souffre de douleurs spontanées ou provoquées à la palpation du mollet. Celui-ci est augmenté de volume et on constate une douleur à la flexion dorsale du pied (rapprochement du dessus du pied vers le tibia).
     
  • On observe également une diminution du ballottement du mollet qui est le siège de la thrombose (caillot sanguin). Le ballottement du mollet s'effectue de la façon suivante : le patient est allongé sur le dos, la jambe concernée à moitié fléchie, le pied posant à plat sur le lit d'examen. De petits tapotements sur les côtés du mollet doivent normalement entraîner un mouvement de balancier du muscle du mollet. En cas de phlébite, le mollet apparaît dur et les mouvements sont extrêmement réduits.
     
  • Le patient présente quelquefois une hyperthermie (fièvre) et une tachycardie (accélération du rythme cardiaque).
     
  • On note, comme pour une phlébite superficielle, une chaleur importante du côté atteint et une légère  (coloration bleu violet) ainsi qu'une dilatation des veines superficielles.

 

 

PHLÉBITE : EXAMENS DE LABORATOIRE

Dosage des D-dimères : il s'agit d'un produit de dégradation spécifique de la fibrine, qui est une protéine insoluble, entrant dans la constitution de la majeure partie du caillot sanguin, et provenant de la scission du fibrinogène sous l'action de la thrombine, au cours de la coagulation sanguine. Sa recherche est demandée à chaque fois que l'on soupçonne la constitution d'une thrombose. 

Le taux de D-dimères dans le sang est normalement inférieur 0,50 microgramme par ml, soit 500 microgrammes par litre. Cette valeur est obtenue par la méthode ELISA.

 

 

 

 

Aucun commentaire pour "Phlébite (généralités)"